OUTRAGE – Maryssa Rachel

Ce livre qui fait parler de lui !

Résumé: 

Le roman de l’emprise. Le roman de l’injustice des sentiments. Le roman de l’amour qui s’enfuit.
 » L’amour, le seul, l’unique, celui dont on n’oubliera jamais le nom, porte les stigmates de nos plus terribles douleurs.  »
Attention : Ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains ! Rose est une femme libre, indépendante, torturée, traumatisée, elle s’est construit une carapace de survie.
Elle fuit l’amour par peur de l’attachement. Elle est perverse, passionnée, cyclique, addict au sexe et à l’alcool mondain. Mais ce soir-là, dans un bar, elle tombe amoureuse d’un être qui lui ressemble, peut être un peu trop. Tout en lui la repousse et pourtant… Lui, c’est Alex, un artiste paumé, un je-m’en-foutiste tout aussi névrosé qu’elle.

Rose va vivre cette passion destructrice où Alex la guide, la commande, la déconstruit, la fabrique, la façonne… Rose n’écoute pas la bête qui rugit en elle et qui lui dit  » fuis « . Son corps, son sexe deviennent chaque jour plus douloureux, mais elle tient, par amour pour cet homme qui la dévore chaque jour un peu plus…
Puis vient la douleur du déchirement. Alors, elle va essayer de noyer ses maux dans la seule addiction qui lui permet d’échapper à la douleur : le sexe!

 

Mon avis:

Y’a bien longtemps que je n’ai pas donnée mon avis sur un bouquin, mais aujourd’hui je sors du silence pour un livre qui fait du bruit. Il fait du bruit, mais dans le sens positif. Beaucoup appellent à la censure, mais t’es qui pour juger ? Putain, mais merde quoi ! On trouve bien pire sur internet ! Quand je pense que certains libraires sont en train de refuser la mise en rayon de ce bouquin à cause de citations sorties de leurs contextes. Fais chier ! Parce que ce livre OUTRAGE, c’est un putain de bouquin humain ! Alors oui, il faut parfois avec le cœur et l’estomac bien accrocher, c’est le bouquin qui te bouscule, te choque, te retourne, te file la gerbe par moment, mais pas toujours ! C’est le bouquin, qui te montre l’homme dans ce qu’il a de pire. Mais il y a tellement d’autres choses dans ce livre ! C’est Rose qui se déconstruit se construit dans ce quel connait, c’est ça façon à elle de gérer, ou du moins d’essayer. Ce bouquin, c’est l’amour moche, sombre, fort et destructeur.

Tu es choqué pour des thèmes aborder dans les infos, journaux locaux, radio, oui là aussi quand tu les entends tu as envie de te boucher les oreilles en chantant « la-la, j’t’entends pas ! » Pourtant, c’est quotidien le viol, l’inceste… Et je ne parle là que de deux des sujets polémiques du livre. Oui il y a un passage sur la zoophilie, mais ce n’est pas non plus ce qui domine le livre. Ce qui domine ce sont les maux de Rose. Son mal-être et tout ce qui en découle et pas seulement les pratiques sexuelles de Rose.

Certains diront qu’on ne peut pas s’attacher à Rose, mais la vraie question c’est pourquoi ne pourrions-nous pas nous y attacher ? Elle est humaine avec ses faiblesses. On peut lui trouver des excuses pour certaines de ces pratiques, pas toutes cela dit, je pense notamment au passage zoophile. Mais pour ce qui est du bondage, franchement je ne vois pas le problème tant que c’est consenti.

Alors ai-je aimé le livre ? Oui, mais pas au sens où on l’entend. Je l’ai aimé, car il m’a bousculée, bouleversé et fait réfléchir. Je l’ai aimé pour son style hachuré, saccadé telle l’histoire de Rose. C’est « vrai » sans fioriture aucune, c’est mené d’une main de maitre. C’est un livre qui bouscule, c’est un livre qui mérite d’être « entendu », c’est une autrice qui mérite d’être lue !

Je conclurais en disais, qu’effectivement ce n’est pas un livre à mettre dans toutes les mains et qu’il faut une ouverture d’esprit suffisamment large pour pouvoir aller au bout sans jugement. Pour public averti.

Publicités